Lab Intelligence Artificielle (Lab IA) au service des administrations

Intelligence artificielle et administrations

Créé suite au second comité interministériel de la transformation publique, le Lab IA accompagne les administrations publiques dans l’exploitation de leurs données et le déploiement de leurs projets d’Intelligence Artificielle (IA).

Il renforce les capacités en science des données, développe des outils mutualisés et permet aux administrations de bénéficier de l’état de l’art des technologies d’IA en collaborant avec la recherche.

Vision

Les données et la transformation publique sont des axes majeurs de la stratégie nationale IA. Plusieurs actions interministérielles ont déjà été engagées sur le volet transformation de l’action publique, notamment deux « Appels à manifestation d’intérêt IA dans les administrations », ayant conduit à l’accompagnement de 21 projets, et à la sélection de plusieurs projets IA dans les vagues du Fonds de la Transformation de l’Action Publique. Les politiques publiques couvertes relèvent de domaines aussi critiques que l’environnement, l’emploi, la santé et le social, ou encore la lutte contre la fraude. Par ailleurs, de nombreux ministères, opérateurs publics et collectivités engagent des projets d’IA dans leur périmètre.

Le Comité Interministériel à la Transformation Publique du 29 octobre 2018 a donc annoncé la création d’un « Lab IA » interministériel, à partir de début 2019, pour accompagner les administrations dans le déploiement de leurs projets d’IA.

Installé au sein du département Etalab de la DINUM et mis à disposition de l’ensemble des administrations publiques, il renforce les capacités d’appui en science des données et permet aux administrations de bénéficier de l’état de l’art des technologies en matière d’IA. Il constitue ainsi un point d’entrée privilégié pour le développement de collaboration entre recherche et secteur public.

Objectifs

Le Lab IA s’est structuré autour de trois missions principales :

  • Accompagner des administrations pour expérimenter, développer et utiliser des solutions d’IA ;
  • Développer des outils et ressources d’IA partagés et libres d’accès aux administrations pour leur faciliter l’appropriation de l’IA ;
  • Acculturer les agents publics à l’IA, les mettre en réseau et animer la communauté grandissante de l’IA dans l’administration en partageant les pratiques, enjeux éthiques et apports de la recherche.

Actions-clés

Dans le cadre de deux appels à manifestation d’intérêt en intelligence artificielle, 20 administrations ont été accompagnées pour expérimenter l’IA pendant douze mois en 2019 et 2020 par le Lab IA en partenariat avec la DITP. Cinq des six projets sélectionnés en 2019 ont permis de développer des prototypes fonctionnels et ont poursuivis leurs expérimentations en 2020. Les projets sélectionnés ont permis de développer des outils dans des domaines clés tels que l’environnement, la justice, la sécurité, l’économie, la santé ou la lutte contre la fraude.

Suite à l’expérimentation et l’accompagnement des projets en 2020, une phase d’évaluation des outils est prévue en collaboration avec la DITP avec une mise en situation pour les utilisateurs finaux. L’industrialisation des projets, l’ajustement des algorithmes grâce à la prise en compte des retours utilisateurs, l’hébergement des applications dans les systèmes informatiques internes aux administrations, la publication des codes en open source et la recherche de financement et les extensions possibles à d’autres services ou d’autres territoires font partie des perspectives des projets expérimentés.

Les projets lauréats ont bénéficié, pendant l’année, de sessions collectives d’accompagnement : les ressources des ateliers préparés par le Lab IA sont accessibles à tous (introduction à l’IA et aux outils du data scientist, explicabilité des algorithmes ou reconnaissance et identification des biais dans les projets d’IA).

Parmi les projets sélectionnés, trois projets exploratoires techniquement bénéficient de l’accompagnement scientifique de l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (INRIA). Grâce à l’apport direct de la recherche, ces projets ont l’objectif de développer un prototype fonctionnel au service de l’action publique. La convention de collaboration entre le Lab IA et l’INRIA a débuté en mai 2020 et permettra de lancer un nouvel appel à projets pour six administrations en 2021-22.

En consultation avec les administrations, le Lab IA développe des outils d’IA en accès libre qui ont vocation à être réutilisés et partagés par les administrations.

Depuis 2019, deux outils ont été développés par le Lab IA. Un outil de pseudonymisation, initialement créé en collaboration avec le Conseil d’Etat pour ouvrir les décisions de justice au grand public, cet outil peut être aussi utilisé pour publier toutes sortes de documents textuels contenant des données à caractère personnel.

Après avoir collecté et publié un jeu de données d’entraînement des IA francophone grâce à plus de 9500 annotations et la mobilisation de plus de 700 contributeurs pour se saisir des enjeux de l’IA, l’équipe a également développé un moteur de questions-réponses francophone permettant de favoriser l’appropriation de ce jeu de données par les administrations. C’est le projet Pour une IA francophone (PIAF) : avec service-public.fr, premier cas d’usage, il s’agit de passer d’une brique technique à un outil qui puisse être utilisé directement par les agents et les citoyens. Les prochaines étapes : amélioration des performances, mise en production et lancement d’une offre de service pour les administrations. Le Lab IA continue de travailler sur d’autres outils mutualisés en explorant les besoins des administrations.

Trois guides ont aussi été développés par Etalab pour accompagner les administrations dans l’utilisation de l’intelligence artificielle :

De plus en plus nombreuse, la communauté de l’IA pour la sphère publique s’est créée autour des datascientists de l’administration, porteurs de projets d’IA, experts métiers de l’administration, agents publics intéressés par la science des données et l’IA, et chercheurs en sciences des données et en éthique de l’IA, pour atteindre plus de 400 membres en décembre 2020 (s’inscrire à la liste de diffusion).

Le Lab IA partage une infolettre mensuelle autour de l’IA dans l’administration (contenu des infolettres précédentes) avec retours d’expériences, partage des actualités, outils, ressources et offres d’emplois. Des « datadrinks », rencontres autour d’initiatives d’IA dans la sphère publique, sont organisés régulièrement et sont l’occasion pour les agents publics de découvrir et de s’inspirer de projets en cours de réalisation dans l’administration.


Chiffres

  • 20 administrations accompagnées dans le cadre des appels à manifestation d’intérêt en intelligence artificielle en coopération avec la DITP
  • 3 projets scientifiques initiés en coopération avec l’INRIA et 6 nouveaux projets à venir
  • Plus de 400 membres de la communauté de l’IA dans l’administration
  • Plus de 9500 annotations et 700 contributeurs pour développer un premier jeu de donnée francophone collaboratif
  • 2 outils mutualisés déjà développés pour les administrations
  • 3 guides de bonnes pratiques sur les algorithmes publics et la mise en œuvre de l’IA pour les administrations
  • Plus de 350 participants en 2020 aux 7 datadrinks organisés pendant l’année pour présenter plus de 20 initiatives IA dans l’administration


Innover avec l’IA dans l’administration : présentation de 5 outils développés en 2020

En 2020, le Lab IA et la DITP ont accompagné les projets de la 2ème promotion de l’appel à manifestation d’intérêt - intelligence artificielle (AMI-IA 2).

Pour le Mois de l’innovation publique, cinq des équipes ont partagé en webinaire les résultats de 10 mois d’expérimentation sur des sujets variés : accélérer les délais de jugement avec le Conseil d’Etat, rechercher plus efficacement des informations dans les dossiers patients avec le CHU de Bordeaux, optimiser le traitement des signalements sanitaires avec le Ministère de la Santé, l’ANSM et l’ANS, identifier les molécules contaminant l’environnement et profiler les sources de pollution avec l’INERIS et guider l’implantation des entreprises artisanales avec la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat de Nouvelle-Aquitaine (CRMANA). Ce fut l’occasion de présenter les outils développés au public et d’échanger directement avec les porteurs de projets.

Les supports de présentation et les enregistrements des webinaires sont accessibles en ligne.


Pour une IA francophone (PIAF) : du modèle IA à l’application avec service-public.fr

Entre octobre 2019 et juin 2020, l’équipe de PIAF a collecté et publié un jeu de données d’entraînement francophone grâce à plus de 9500 annotations et la mobilisation de plus de 700 contributeurs (voir la méthodologie et les résultats dans notre article publié en Mai 2020 dans la conférence L-REC). Depuis juin 2020, l’équipe s’est lancée dans une nouvelle phase : développer un moteur de questions-réponses francophone permettant de favoriser l’appropriation de ce jeu de données par les administrations. Avec service-public.fr, premier cas d’usage PIAF, il s’agit de passer d’une brique technique à un outil qui puisse être utilisé par les agents et les citoyens : agent conversationnel ou recherche d’informations. Les prochaines étapes : amélioration des performances, mise en production et lancement d’une offre de service pour les administrations. En novembre 2020, l’Open Lab de PIAF s’est tenu autour de trois ateliers pour enrichir la réflexion : quel cas d’usage pour les algorithmes de question-réponse ? Quelles pistes d’amélioration techniques ? Comment favoriser l’IA francophone ouverte ?

Voir la rediffusion de l’Open Lab PIAF.

Mis à jour le 23/03/2021

Partager